Bienvenue sur notre carnet d’hypothèse

 L’objectif de ce carnet est d’en faire une plateforme permettant l’échange entre nous, les doctorants de l’Ecole Doctorale 279 !


Présenter vos projets en cours et vos travaux de recherches, mais aussi partager votre méthodologie de recherches et les appels à contributions qui pourraient interésser vos collègues doctorants.

Vous pourrez aussi parcourir les propositions de formations proposées par l’ED et la cellule des formations de Paris 1.

Thomas Lenattier

Doctorant contractuel chargé d’enseignement

2021

Arts Plastiques

Faire œuvre de mémoire et d’anticipation : l’art comme entreprise de transformation sous la direction de Monsieur le Professeur Yann Toma.

Thomas Lenattier est artiste, doctorant contractuel et chargé d’enseignement à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il vit et travaille à Paris. Son projet de thèse s’inscrit dans une dynamique résolument transversale et interdisciplinaire en mêlant arts, sciences et sociétés. Son travail se caractérise par une approche conceptuelle et multidisciplinaire questionnant les notions de langage, de mise en récit, d’identité, de mémoire individuelle et collective. Faisant appel à une économie de moyens et dans une esthétique minimale, il explore les figures de la disparition et de l’effacement. Avec un rapport privilégié à l’écriture et au discours, il interroge la place de l’artiste au XXIe siècle et son rôle au sein de la société dans un questionnement mêlant art et politique.

Journée d’études Women in Aesthetics. Féminiser la philosophie de l’art

Journée d’études
Paris, 17 novembre 2023

Keynote speaker: Esther Leslie (Birkbeck, University of London)

Cette journée se propose étudier le rôle des femmes et de la pensée des femmes dans
l’esthétique et la philosophie de l’art. Le but de Women in Aesthetics. Féminiser la philosophie de l’art est donc double. D’une part, il entend réexaminer la contribution des théoriciennes à l’esthétique et à la philosophie de l’art. D’autre part, il s’agit de réfléchir à la manière dont l’art et la théorie féministes ont été intégrés dans l’esthétique, en s’interrogeant la parution des nouveaux enjeux esthétiques. Ainsi nous invitons à soumettre des articles qui explorent les recoupements entre l’esthétique, la philosophie de l’art et les femmes.

Axes de réflexion :

  • Les femmes esthètes et les femmes philosophes de l’art
  • Les femmes philosophes en esthétique du cinéma, de la musique et de la photographie
  • Les femmes philosophes et l’esthétique : nouvelles approches, nouvelles enjeux
  • Esthétique féministe
  • Philosophie de l’art et féminisme

Propositions :
Les propositions (d’une durée de 25 minutes) peuvent être soumises en anglais ou en français.
Veuillez soumettre un résumé de 500 mots (Word ou PDF) et un document séparé dans une pièce jointe avec votre nom, institution et poste, adresse électronique et une courte biographie.
Les réponses à cet appel doivent être envoyées aux adresses suivantes: Cristina.Parapar-
Cabanas@etu.univ-paris1.fr et beatriz.rodrigues@kcl.ac.uk.

Date limite de soumission : 10 aout 2023
Les notifications aux auteurs et aux autrices seront envoyées le 15 août 2023.

Nous encourageons les propositions des chercheurs et chercheuses en développement et des groupes sous-représentés.

Comité scientifique
Sacha Golob (Reader, King’s College London)
Jean-Marc Lachaud (Professeur, Paris I)
Beatriz Rodrigues ( doctorante, King’s College London)
Cristina Parapar (doctorante, Paris I)

Journées Doctorales “La citation” – 15 & 16 mai 2023

Les doctorant.e.s de l’EAS sont ravi.e.s de vous convier à l’édition 2023 des Journées Doctorales qui auront lieu les 15 et 16 mai au centre Saint-Charles.

Le programme et toutes les informations nécessaires sont disponibles sur la page de l’événement sur Fabula.

Présentation (issue du livret) :

“Il semble au premier chef nécessaire de distinguer la citation du plagiat, en insistant sur le caractère manifeste ou non dissimulé de l’acte de citer, qui consiste à reproduire ou reprendre dans son propre propos un énoncé déjà constitué, en rendant l’emprunt explicite. Ainsi définie et dégagée de la question du pillage déguisé, la citation apparaît comme un geste honnête d’inscription dans une histoire, une filiation ou plus largement une généalogie. L’acte de citer n’en est pas moins ambigu : s’il se présente d’abord comme le gage de la probité et de la modestie de celui ou celle qui s’inscrit dans les pas de ses précurseurs, ou tout simplement dans un monde plus large que soi, il se manifeste en même temps et de façon contradictoire comme le signe d’une prétention à rejoindre ou à égaler l’origine première à laquelle il se réfère. Cette ambiguïté constitutive peut conduire jusqu’à la polémique, lorsque la citation devient une opération de récupération.

Plus largement, la citation a directement à voir avec l’esthétique, qu’il s’agisse des arts plastiques, du spectacle vivant, ou du cinéma. Copier, emprunter, se réapproprier, détourner et/ou contourner un modèle préexistant est non seulement un processus artistique producteur de sens, mais une manière d’établir, explicitement ou non, des filiations artistiques.

Dans leur travail de recherche, les doctorantes et doctorants n’échappent pas à la question de la citation. Qu’apporte-t-elle ? Dans quelle mesure y recourir ? Quelle place accorder aux notes de bas de page ? etc. La citation comme convention d’écriture et processus d’échange est d’ailleurs un outil précieux dans l’organisation des savoirs et du partage entre les communautés scientifiques. Et dans un univers numérique de plus en plus vaste car de plus en plus accessible, la citation est devenue, plus qu’un effet rhétorique ou un style d’écriture, un véritable organisateur du savoir, un moyen de navigation efficace pour l’individu qui enquête (recherche de mots-clés, mesure de corpus, évaluation des publications scientifiques).  

Si la citation est incontournable pour la recherche, et si elle peut concerner des auteurs, des œuvres, mais également des articles de presse, ou du matériel promotionnel (textuel ou iconographique), son usage semble discutable quand elle apparaît comme une façon, plus ou moins souterraine, de produire un argument d’autorité, ou d’impressionner le lecteur – tout particulièrement avec l’exergue – en laissant supposer qu’on détient un savoir sans toujours donner les moyens de le vérifier. Plus encore, la citation peut s’avérer un piège, en ce qu’elle est susceptible d’enfermer les chercheuses et chercheurs dans les limites d’un entre-soi socioculturel, au sein duquel, pour citer (!) Montaigne, « nous ne faisons que nous entregloser ». 

Pour autant, il ne faut pas nier les vertus de la citation. Car son absence soulève des questionnements éthiques déterminants. Elle pourra apparaître comme une lacune, voire un mépris ou un déni des travaux d’autrui. Elle pourra également exposer aux accusations de plagiat, sans laisser à la chercheuse ou au chercheur dont les travaux font écho de manière fortuite et à son insu à ceux d’une ou d’un autre, d’autre moyen de défense que sa bonne foi. Ainsi, qu’il s’agisse de trop citer, de mal citer ou de ne pas citer, il semble bien que tout travail de recherche nous expose au risque de malmener la citation.”

Table-ronde des doctorant·e·s – 22 mai 2023

Les représentant·e·s des doctorant·e·s sont très heureux·euses de vous convier pour la “Table-ronde des doctorant·e·s”, le lundi 22 mai 2023, de 16h00 à 18h00, dans la salle 110 de l’École des Arts de la Sorbonne.

Cette rencontre organisée avec le soutien de l’École Doctorale 279 Arts Plastiques, Esthétique et Sciences de l’art, permettra de partager sur l’expérience de la thèse et de notre bien-être. En effet, si l’expérience de la thèse se résume à un travail de recherche académique, elle déborde du strict cadre professionnel et s’immisce également dans le bien-être de chacun·e. De l’organisation quotidienne du travail à la hiérarchisation des tâches sur le long terme, ce temps d’échange sera l’occasion de partager nos doutes, nos difficultés ainsi que nos conseils et méthodologies pour une gestion apaisée de la vie durant le doctorat.

Pour des questions logistiques, nous vous remercions de vous inscrire sur ce lien avant le mardi 16 mai minuit.

Au plaisir de vous retrouver,

Bien à vous,

Les représentant·e·s des doctorant·e·s
Meris Angioletti, Wladislas Aulner, Luci Garcia, Thomas Lenattier, Camille Mançon et Laurine Wagner

Drissa Yalcouyé

Doctorant – Artiste peintre

instagram : drissayalko

Je n’ai pas à dépeindre une image malgré que je peigne d’après
images. J’ai une métaphore qui a une origine, une structure avec
laquelle la peinture va venir se fixer sur la toile.
Je n’ai pas l’aspiration de représenter une image en tant que telle
bien que je parte d’une image. Dans mon travail, la peinture est
questionnée comme technique, technique semi figurative et semi
abstraite. À travers la peinture acrylique et du pigment sur toile, en
utilisant de la bougie que je fais fondre.
La bougie fondue couvre les endroits que je délimite volontairement
ou involontairement sur la toile en utilisant des couleurs de base
successivement par étapes. Aussi avec des coulures plus ou
moins transparentes sur les personnages.
Au stade final des étapes successives sur la toile, toute la bougie
est enlevée par grattage au couteau. Après l’étape du grattage, un
résultat de textures plus ou moins en mosaïque apparaît sur la
toile. Celle-ci apparaît sous forme de relief et d’éclaboussures sur
les personnages.


En outre je parle d’incarnation par le cadre de l’espace avec une
image, une idée de raisonner la toile. Cette idée provoque quelque
chose d’insaisissable et quand on provoque avec cette idée
qu’on a de la peinture, on le fait confronter à la matière picturale.
De là, la peinture crée une sorte de rapport d’apparition esthétique.

Ainsi dans mon processus pictural les personnages semblent
être submergés dans les décors et aux visages expressifs. Elles
ne sont pas forcément identifiables, on ne peut pas assimiler que
c’est moi, tout le monde peut s’y identifier. Ils sont comme une
âme. C’est un désir pour moi d’amener le spectateur à contempler
les personnages tels qu’elles sont. Je me pose la question si
cette picturalité des personnages reflète une identité ou une âme
tangible ? Dans ma conscience, elle est tangible dans la mesure
où elle a des repères esthétiques et tangibles. Cette métaphysique
d’images est causée par la déconstruction des formes.
A la lumière des œuvres que j’ai réalisées, peindre des figures sur
la toile ou peindre à travers la cire. C’est le chemin de recherche qui
me permettra d’explorer et d’accroître l’attention particulière sur
l’expression des visages des figures et le traitement de la matière
picturale sur la toile.
C’est aussi re-modifier mon identité. C’est une disposition de
m’approprier à une nouvelle identité plurielle renouvelée à travers
la matière picturale, et comment cette matière s’y re-modifie-t-elle
dans la création plastique moderne.
Cette note d’intention expliquant comment des projets de
monstration s’inscrivent dans mon plan de carrière d’artiste
peintre, sera appuyée par mes tableaux.

Questionnaire concernant le Portfolio/Parcours Doctoral

Dans l’optique d’améliorer le fonctionnement de la formation doctorale, la direction de l’ED propose aux doctorant.e.s. de répondre à un court questionnaire.

Votre participation est importante pour pouvoir perfectionner ces aspects fondamentaux de notre formation, mais également pour faire remonter d’éventuelles difficultés à la direction !

LE QUESTIONNAIRE EST A REMPLIR SUR LE LIEN CI-DESSOUS

https://forms.gle/9q59pwULViTo3GS36

Merci à tous.tes !

 

Colloque “En-quête de terrains : l’art de croiser les gens” – 16/01 et 17/01/2023

Chères et chers collègues,

Nous organisons les 16 et 17 janvier 2023, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (Amphithéâtre du Centre Saint Charles, École des Arts de la Sorbonne), le  colloque “En-quête de terrains : l’art de croiser les gens”.

Continuer la lecture de « Colloque “En-quête de terrains : l’art de croiser les gens” – 16/01 et 17/01/2023 »

Séminaire ART&AI Champs d’application de la technologie de l’intelligence artificielle dans la création artistique.

4eme journée d’études

IA et création artistique. L’œuvre d’art à l’épreuve de l’innovation 

Vendredi le 09 décembre 2022
Centre BROCA, 21 Rue Broca, 75005 Paris, Salle A701, 7ème étage, bât. A

Dans le cadre du projet de recherche Champs d’application de la technologie de l’intelligence artificielle dans la création artistique, ce séminaire interdisciplinaire, initié par les doctorants de l’ED APESA, tente de définir des problématiques pour de futures recherches sur IA appliquées aux arts plastiques. L’utilisation des dernières technologies numériques et surtout de l’IA dans la création artistique soulève de nouvelles questions éthiques et des critiques liées à l’esthétique numérique émergente. De nouveaux dispositifs d’art qui explorent l’IA conduisent à des interrogations sur l’autonomie créatrice de la machine, sur le rapport entre la machine et la nature. Suite à la proposition, par les chercheurs Mark d’Inverno et Arthur Still dans l’article Une histoire de la créativité pour la recherche future sur l’IA1, de repenser le concept de la créativité, limité, dans les domaines de sciences humaines et sociales, à la culture occidentale de l’individualisme, on interroge la créativité même pour décrire l’expérience artistique vis-à-vis de ces technologies numériques. Comment peut-on envisager la créativité des sociétés du futur avec les innovations techniques, l’apparition de l’ordinateur quantique et le développement d’intelligence artificielle bio-inspirée ? Comment les nouvelles études sur l’IA et les technologies informatiques émergentes peuvent-elles aider à relever les défis de l’art contemporain au sujet de la société et de l’environnement ?

Programme :

14h30 – Ksenia Ermoshina, Chargée de recherche CNRS, Centre Internet et Société

Les limites d’imagination: censure sur les réseaux neuronaux de génération d’images

15h00 Sabrine Zaghouani, Doctorante, ED Arts plastiques, esthétique & sciences de l’art, Université Paris 1

Les enjeux de l’hybridation dans les nouvelles formes d’art

15h30 Jean Paul FOURMENTRAUX, Professeur des Universités – Aix-Marseille Univ., Centre Norbert ELIAS – EHESS – CNRS UMR 8562
Emotions artificielles : art et (dés)obéissance numérique

16 h 00 – 16h20 Pause café

16h20 Marco Innocenti, Doctorant, ED Arts plastiques, esthétique & sciences de l’art, Université Paris 1

Intégrer des technologies environnementales dans les musées grâce à l’art. Donner une voix à l’intelligence des abeilles

16h50 Philippe Cochin, cofondateur de COVID 3D, APHP Roman Khonsari, Professeur de chirurgie à l’hôpital Necker

ANTICORPS : analyse de l’algorithme viral

Organisation de la journée d’études : Elizaveta Shagina

5me journée à venir :

Des enjeux éthiques de l’IA appliquée à l’art.

Vendredi le 16 décembre 2022 Centre Censier, Salle D 25

Avec la participation de : Alexandre Bretel, Jean-Gabriel Ganascia, Kung Tang
(liste non définitive)

Avec le support du Collège des Écoles Doctorales de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Rencontre des doctorant.e.s avant les vacances !

Nous aurons le plaisir de nous retrouver le MARDI 13 décembre à partir de 19H30 au bar-restaurant Les Pipos (2 Rue de l’École Polytechnique, 75005) pour un moment d’échange, de partage et de détente avant les vacances de noël !

Ce sera l’occasion de vous rencontrer en espérant que les échanges puissent favoriser l’émergence de nouveaux projets collectifs !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search