Drissa Yalcouyé

Doctorant – Artiste peintre

instagram : drissayalko

Je n’ai pas à dépeindre une image malgré que je peigne d’après
images. J’ai une métaphore qui a une origine, une structure avec
laquelle la peinture va venir se fixer sur la toile.
Je n’ai pas l’aspiration de représenter une image en tant que telle
bien que je parte d’une image. Dans mon travail, la peinture est
questionnée comme technique, technique semi figurative et semi
abstraite. À travers la peinture acrylique et du pigment sur toile, en
utilisant de la bougie que je fais fondre.
La bougie fondue couvre les endroits que je délimite volontairement
ou involontairement sur la toile en utilisant des couleurs de base
successivement par étapes. Aussi avec des coulures plus ou
moins transparentes sur les personnages.
Au stade final des étapes successives sur la toile, toute la bougie
est enlevée par grattage au couteau. Après l’étape du grattage, un
résultat de textures plus ou moins en mosaïque apparaît sur la
toile. Celle-ci apparaît sous forme de relief et d’éclaboussures sur
les personnages.


En outre je parle d’incarnation par le cadre de l’espace avec une
image, une idée de raisonner la toile. Cette idée provoque quelque
chose d’insaisissable et quand on provoque avec cette idée
qu’on a de la peinture, on le fait confronter à la matière picturale.
De là, la peinture crée une sorte de rapport d’apparition esthétique.

Ainsi dans mon processus pictural les personnages semblent
être submergés dans les décors et aux visages expressifs. Elles
ne sont pas forcément identifiables, on ne peut pas assimiler que
c’est moi, tout le monde peut s’y identifier. Ils sont comme une
âme. C’est un désir pour moi d’amener le spectateur à contempler
les personnages tels qu’elles sont. Je me pose la question si
cette picturalité des personnages reflète une identité ou une âme
tangible ? Dans ma conscience, elle est tangible dans la mesure
où elle a des repères esthétiques et tangibles. Cette métaphysique
d’images est causée par la déconstruction des formes.
A la lumière des œuvres que j’ai réalisées, peindre des figures sur
la toile ou peindre à travers la cire. C’est le chemin de recherche qui
me permettra d’explorer et d’accroître l’attention particulière sur
l’expression des visages des figures et le traitement de la matière
picturale sur la toile.
C’est aussi re-modifier mon identité. C’est une disposition de
m’approprier à une nouvelle identité plurielle renouvelée à travers
la matière picturale, et comment cette matière s’y re-modifie-t-elle
dans la création plastique moderne.
Cette note d’intention expliquant comment des projets de
monstration s’inscrivent dans mon plan de carrière d’artiste
peintre, sera appuyée par mes tableaux.



Citer ce billet
ed279 (2023, 28 mars). Drissa Yalcouyé. Les doctorants·es de l’École des Arts de la Sorbonne - APESA. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o1tj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search